Tout le monde est d’accord sur la nécessité de préparer une course d’alpinisme pour en faciliter son déroulement. Cette préparation est souvent réalisée par le leader et communiquée au groupe oralement.

Mais comment réaliser cette préparation de manière efficace et structurer ? Comment augmenter la qualité de cette préparation pour qu’elle devienne un véritable outil de prévention.

La Cartographie Systémique des Vigilances propose de s’appuyer sur trois piliers pour améliorer cette préparation de course.

1… Une démarche participative, qui implique tous les participants au projet.

2… Un document concret co-construit, rédigé lors de la préparation.

3… Une utilisation globale, de la préparation à l’analyse et à la capitalisation.

Elle devient alors une bonne pratique, à systématiser pour chaque sortie, quelqu’en soit la durée, la difficulté ou le nombre de participants.

Pour mettre en place une CSV Alpinisme, quelques pré-requis sont indispensables.

Il est nécessaire que tous les participants de la sortie :

  • sachent utiliser une démarche CSV générique, avec un mode d’emploi stable.
  • connaissent les différentes vigilances de l’activité Alpinisme
  • comprennent comment représenter graphiquement les différents modes de ces vigilances

Ces connaissances peuvent être à des niveaux variables en fonction des personnes et il s’agira alors de faciliter un enseignement mutuel au sein du groupe.

Cela nécessite du temps et des efforts, un apprentissage avec surtout une volonté de mettre en place un fonctionnement participatif.

Vos premières expérimentations nécessitent de choisir une situation simple, un groupe bienveillant et peu nombreux, un projet facilement réalisable par exemple une course déjà réalisée.

CSV générique

La CSV Générique.

C’est un mode d’emploi commun à toutes les CSV, quelle que soit l’activité.

L’utilisation de la méthode DCMR est recommandée comme outil d’aide à la décision, de gestion du risque car comme la CSV elle est transversale à toutes les activités à risque.

Un article est dédié à la CSV générique sur ce site, avec une matrice particulière pouvant être téléchargée.

CSV Alpinisme

Les vigilances spécifiques de la CSV Alpinisme.

Le danger principal en alpinisme étant la chute, il existe autant de vigilances qu’il y a de terrains différents à parcourir en montagne.

On retrouve :

  • les pentes de neige
  • le terrain en rocher facile
  • le terrain glaciaire
  • les parcours d’arête
  • l’escalade en rocher
  • l’escalade en glace
  • Il s’agit donc de représenter le déroulement de la course avec ces différentes vigilances, ces différents terrain.

Chacune de ces vigilances sera identifier avec un code de trois couleurs, correspondant à trois niveaux de complexité. Pour certaines, des caractéristiques complémentaires viendront préciser le danger. C’est le cas, par exemple, pour le terrain glaciaire avec trois types différents de glaciers qui ne nécessitent pas les mêmes comportements,les mêmescompétences et qui sont à appréhender de manières différentes : en fonction de l’enneigement, de la fréquentation ou simplement de la taille du groupe.

Ces différente vigilances s’imbriquent naturellement entre-elles dans le déroulé d’une course. En faire une représentation permet de mieux les identifier, de les mémoriser et de s’y préparer sur le terrain.

Une lecture attentive du topo de la voie d’ascension « devrait » permettre d’identifier les différents terrains parcourus et donc les vigilances en oeuvre. Mais comme les topos ne sont pas rédigés en langage CSV, l’exercice n’est pas forcément simple et demande du temps et de l’expérience pour pouvoir/savoir les décrypter en amont de la préparation de la sortie.

Des articles ont déjà été rédigés sur ces vigilances, il s’agit maintenant de les actualiser au regard des expérimentations réalisées et vous les retrouver donc sur ce nouveau site au fil du temps.

Un encordement court adapté à la raideur de la pente. Et peu d'exposition, donc d'engagement.

Leave A Comment